Navigation rapide

Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2005 > Vendredi 25 Mars 2005 > Communications Libres Médico-Infirmières 25-03-2005 > Insidieuses dissections

0 vote

Insidieuses dissections Insidieuses dissections

E.DELEMARRE (1,2), V. PIERROT (2), M. MORE (2), R. DOMERGUE (1), J. LEVRAUT (2)

(1) SAMU 06 - SMUR de Nice
(2) Service d’accueil des urgences,
Hôpital St Roch,
_CHU de Nice,
Rue Pierre Dévoluy,
06006 NICE

Nous exposerons 2 cas de dissection aortique dont l’ambiguité a différé une prise en charge adaptée.

Cas N°1

J 1 : H 33 ans appel au 15 pour oppression thoracique et tachycardie. Suspicion Bouveret : Bilan smur : précordialgies atypiques ECG et TA normaux,
transfert SAU.
SAU : biologie normale ECG non modifié, crise d’angoisse ?
Avis psy : retour domicile, anxiolytique
H + 5h : retour SAU, lombalgies aigues : colique néphrétique ? BU négative, RX normales soulagé par AINS retour domicile.
J 2 : appel médecin traitant, recrudescence des lombalgies avec douleur thoracique, poussée d’HTA.
Admission SAU privé, notion d’Atcd familiaux de dissection aortique mère et grand père
Echo cardio, TDM thoraco-abdominal :
Dissection aortique de type A de Standford, extension aux artères iliaques et à l’artère rénale droite

CAS N°2

F 71 ans appel médecin traitant ; chute et état fébrile ; suspicion crise de paludisme (atcd). transfert SAU
SAU : frissons,lombalgies,pâleur TAs 135mmhg, bilan standard et infectieux
H + 5h30 : lombalgie gauche aigue irradiant dans le membre inférieur avec signe d’ischémie transitoire, asymétrie tensionnelle de 80 mmhg ;
TDM abdominal :
Dissection aortique de type A de Stanford ; extension aux artères iliaques et à l’artère rénale gauche

Ces 2 cas donnent à réfléchir sur l’importance de la rigueur dans la démarche clinique. L’utilité de la répétition de l’interrogatoire et de l’examen physique
est démontrée.
Garder l’esprit critique et toujours douter du motif d’admission afin de ne pas influencer son diagnostique. Savoir surveiller un patient qui se représente.

Ces 2 exemples illustrent l’ambiguité et la difficulté du diagnostique de dissection aortique
Le coup de tonnerre dans un ciel serein qui alerte le praticien manque en réalité souvent au tableau, laissant place à une association de symptômes
divergents et atypiques donnant lieu à des errances diagnostiques aux conséquences délétères.