Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2006 > Jeudi 23 Mars 2006 > Communications libres 23-03-2006 > Programme Rapide d’Échographie aux urgences : Résultats de l’enquête PREP (...)

Session INTRA HOSPITALIER


Programme Rapide d'Échographie aux urgences : Résultats de l'enquête (...) Programme Rapide d’Échographie aux urgences : Résultats de l’enquête PREP 2004

P. MIROUX, Ph. PÈS, E. STARCZALA, N. RIGOULET, C. SENTIAS, J.M. BOURGEOIS

Centre Francophone de Formation en Échographie
30900 Nîmes

Introduction :
Le PREP est un programme d’enseignement d’échographie d’urgence spécifiquement élaboré pour le
médecin urgentiste non échographiste. Une formation courte, pour un public adulte, aboutissant à l’utilisation
d’un outil de haute technologie non maitrisé auparavant. La réalisation de l’examen a été standardisée
et uniformisée quelque que soit l’objectif d’organe. L’enquête présentée ici dresse un état des lieux de l’impact
du Programme Rapide d’Échographie du Polytraumatisé (PREP). L’applicabilité de la technique a été
évaluée tant sur les aspects organisationnels que qualitatifs ou politiques.

Méthode :
Enquête de pratique déclarative menée de septembre à décembre 2004, auprès de 351 Urgentistes formés
au PREP de 2002 à 2004. 173 réponses (53,56%), 152 exploitables (47,06%). Plus de 75 items analysés.
A ce jour plus de 1000 médecins urgentistes sont formés.

Résultats :
Les urgentistes sont jeunes (51% de 30 à 39 ans), titulaires de la CAMU (84%) ou Anesthésistes-
Réanimateurs (8%), pratiquent depuis 10,20 ± 5,79 ans, 97% hospitalier. La formation initiale par un organisme
externe est privilégiée (74%). Autofinancé (58%). 23% des répondants ont suivi une session complémentaire.
L’apprentissage sur 3 jours est jugé optimal. L’applicabilité : 65% pratiquent le PREP occasionnellement,
la moyenne est de 11 ±20 échographie par mois. 14% utilisent un compte rendu. L’utilisation du
PREP est plus importante dans les Centres Hospitaliers Généraux (66%). Les moyens techniques au SAU :
39% d’appareils mobiles, 92% ont une sonde abdominale. (46% d’appareil neuf). 15% sans appareil. Les
relations. 57% des utilisateurs n’ont eu aucune difficulté à implanter le PREP dans leur service. Les images :
facilité d’obtention des images pathologiques versus images normales [p<10-7]. L’espace inter-hépato-rénal
est le plus facile (7,81±1,87), puis Aorte normale, espace inter-spléno-rénal, espace rétro-vésical, VCI, péricarde,
surface pulmonaire (5,31+-2,33). Le bénéfice : La prise en charge, le diagnostic et l’attitude thérapeutique
sont modifiés dans respectivement 53%, 75% et 57% des cas.

Conclusion :
Malgré ses limites, cette enquête apporte un éclairage sur la typologie des médecins formés au PREP et
montre l’utilité de cette technique en pratique quotidienne.