Navigation rapide

Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2007 > Jeudi 22 Mars 2007 > Sessions Infirmièr(e)s 22-03-2007 > Ateliers 22-03-2007 > Salle de déchocage : check list du matériel

Salle de déchocage : check list du matériel Salle de déchocage : check list du matériel

Mme C. SEBA, Mme C. SIRE

Marseille

Salle de déchocage : la check-list du matériel

SEBA CORINNE
Cadre de Santé
SAU CONCEPTION MARSEILLE

Les urgences vitales ne constituent qu’une minorité des cas de prise en charge dans un service
d’urgence, elles nécessitent néanmoins une stratégie préétablie d’organisation des moyens
humains et matériels. S’il n’y a pas d’éléments réglementaires ou législatifs précis concernant
la SAUV ou les salles de déchocage des services d’urgences, il existe des recommandations
de la SFAR et SFMU destinées à l’ensemble des acteurs médicaux et paramédicaux, qui
concourent à une prise en charge optimales des urgences vitales, pour l’organisation et le
fonctionnement de ces salles de réanimation et de traitement des détresses vitales.
Après une présentation des recommandations en matière de déchocage ou Salles d’Accueil
d’Urgences Vitales, nous évoquerons la nécessité d’élaborer une check-list du matériel
permettant sa vérification quotidienne.

1. La salle de déchocage ?

1.1. POURQUOI ?

La salle de déchocage, est un lieu d’accueil, au sein du service d’urgence, des patients ayant
une détresse vitale existante ou potentielle.

Les principes d’une SAUV et plus généralement d’une salle de déchocage sont les suivants [1] :
- la SAUV est ouverte 24 h/24
- la SAUV ne correspond ni à un lit de réanimation ni à un lieu d’hospitalisation
- la SAUV doit être disponible ou libérée dès que possible
- la SAUV est polyvalente, médicochirurgicale

L’admission dans une SAUV ou salle de déchocage concerne tous les patients en situation de
détresse vitale existante ou potentielle.
La décision d’admission d’un patient dans la SAUV est prise par le médecin du service des
urgences, ou , le cas échéant, par l’infirmière d’accueil et d’orientation (IAO) des urgences, le
médecin du SMUR, ou le médecin régulateur du SAMU. Dans ce cadre, cette décision doit
s’appuyer sur des procédures cliniques, à partir de scores de gravité validés et partagés :
notamment l’échelle de tri du SAU validées par le médecin chef du SAU.

1.2. Organisation et Equipement d’une salle de déchocage ?

Selon les recommandations de la SFAR et de la SFMU, une salle de déchocage ou SAUV doit
comporter :
- au moins deux prises pour l’oxygène ;
- au moins une prise pour l’air ;
- au moins trois prises pour le vide ;
- au moins six prises pour l’électricité
- au moins un système d’accrochage des perfusions ;
- un support pour les appareils de surveillance et les pousse-seringues.
Les rangements de la SAUV sont exclusivement réservés au matériel nécessaire à la prise en
charge des patients admis au déchocage.

La SAUV doit comporter, par pièce :
- au moins un site de lavage des mains ;
- au moins un dispositif permettant d’afficher les radiographies ;
- au moins un plan de travail

Deux niveaux d’équipement minimum sont recommandés, par la SFAR :

a) Réanimation respiratoire

- Des dispositifs permettant l’administration des fluides médicaux (bouteilles, manodétendeurs,
masques, sondes, nébuliseurs) et une bouteille d’oxygène de secours
- Un ventilateur automatique au moins de type transport, permettant une ventilation contrôlée
et assistée ainsi que la PEP
- Un dispositif permettant de réaliser une ventilation non invasive est souhaitable
- Un nécessaire pour l’intubation trachéale, un insufflateur manuel avec des masques adaptés à
la taille des patients.
- Du matériel adapté aux cas d’intubation difficile
- Un aspirateur électrique de mucosités et un jeu de sondes d’aspiration protégées
- Un dispositif d’aspiration manuel de secours
- Un monitorage de la saturation en oxygène
- Un dispositif de drainage thoracique

b) Réanimation cardio-vasculaire

- Un monitorage électrocardioscopique
- Un appareil de mesure automatique (ou équipement prévu du scope) de la pression artérielle
avec brassards adaptés à la taille des patients
- Un défibrillateur
- Un appareil d’électrocardiographie multipiste
- Au moins deux pousse-seringues électriques
- Les matériels permettant l’accès veineux périphérique ou central…

c) Médicaments

- L’ensemble des médicaments pour la réanimation des défaillances respiratoires, circulatoires
ou neurologiques.
- Les différents solutés de perfusion et de remplissage.
- Thermomètre notamment hypothermique
- Appareil de mesure de la glycémie
L’ensemble de ce matériel doit être non seulement disponible, mais également opérationnel et
disponible à tout moment, d’où l’intérêt d’une check-list.

2. LA CHECK LIST

2.1 INTERET ?

L’ensemble du matériel contenu dans une salle de déchocage doit prêt à une utilisation
immédiate.
C’est pourquoi le matériel doit être vérifié après chaque utilisation et au moins une fois par
jour. La maintenance est effectuée au moins une fois par jour, grâce à la vérification régulière
de ce matériel par les IDE. L’existence d’une check-list va faciliter ce travail de contrôle du
matériel.

2.2 CHECK- LIST c’est quoi ?

La CHECK LIST est un listing du matériel validé par l’encadrement et le chef de service
qui permet de recenser tout le matériel nécessaire au fonctionnement de la SAUV :
dispositifs médicaux, médicaments, équipements, de s’assurer de sa présence et de son
opérationnalité.
La check list va donc favoriser une vérification quotidienne voire bi- quotidienne du contenu
de la salle de déchocage par les infirmiers.

2.3. POURQUOI ?

Elle permet de vérifier l’opérationnalité de la salle de déchocage rapidement et permet donc
un gain de temps. Elle évite d’oublier certains contrôles ou maintenances de matériel
indispensables à la surveillance ou à la réanimation de patients en détresses vitales : scope,
seringues électriques, défibrillateur qui devront être en permanence opérationnels.
Elle permet également de soucier des approvisionnements en gaz médicaux : O2, Hélium en
temps voulu avant la rupture de stock et la fermeture des services logistiques.
C’est une aide pour les nouveaux Ide affectés au SAU.
Elle doit être régulièrement mises à jour lors des renouvellements de matériels ou achats de
nouveaux équipements.
La vérification quotidienne du matériel (check-list) se fait par attribution nominative, par
roulement, sous la responsabilité du cadre infirmier qui assure le suivi et la traçabilité des
contrôles effectués.
De plus, le chef de service des urgences est responsable de l’organisation de la SAUV. Le
cadre infirmier supérieur des urgences est responsable de l’organisation paramédicale et
délègue cette responsabilité à un cadre infirmier ou un(e) infirmier(e), nominativement
identifié(e).
Par ailleurs, un(e) infirmier(e) et un aide-soignant au moins sont en permanence mobilisables
pour être affectés à l’accueil et la prise en charge des patients dans la SAUV.

2.4. PRESENTATION DE LA CHECK LIST DU SAU CONCEPTION

- Elaboration d’une check-list regroupant les trois déchocages sur un même support,
- Un support papier regroupant les check-lists d’une semaine : ce qui limite les
documents et facilite l’archivage, les contrôles de l’encadrement
- Existence d’autres documents pour les check-lists de la salle de soins et sacs
d’urgences
- Construction avec les référents déchocage et remise à jour régulière avec leur
collaboration
- Une vérification bi- quotidienne avec participation des équipes de nuit à la vérification
- La signature de l’IDE qui assuré les vérifications ce qui permet responsabilise et
engage l’IDE, permet d’avoir un interlocuteur et d’échanger sur les
dysfonctionnements rencontrés
- Facilite la formation et le travail des nouvelles recrues


SALLE DE DECHOCAGE : CHECK LIST DU MATERIEL


Mme SIRE CHU Ste Marguerite

Les salles de déchocage :
Ce sont des box qui, à l’accueil des urgences, sont utilisés pour accueillir des
patients présentant une urgence où dont l’ état de santé est très précaire.

A l’hôpital sainte marguerite nous recevons principalement des patients présentant
soit des Accidents Vasculaires Cérébraux, des problèmes cardiaques, des détresses
respiratoires, des sepsis graves, des pneumothorax, des plaies par balles, par armes
blanches, des fractures ouvertes, des polytraumatisés, des Odèmes aigus du
poumons. Plus simplement tous les patients qui nécessitent à leur arrivée des soins
de réanimation où dont l’état de santé se détériore très rapidement .

Chaque salle comprend obligatoirement comme matériel :

  • scope trois fonctions, PNI , SAO2, T° ,
  • Appareil a ECG à quatre pistes,
  • Aspiration bronchique murale, avec tout le matériel, sonde d’aspiration….
  • Respirateur de transport, avec tout le matériel pour intuber et ventiler le patient,
  • Chariot d’urgence, qui comprend, comme dans les services d’hospitalisations, tout le matériel pour intuber rapidement un malade, pour pallier aux arrêts cardio-respiratoire, un défibrillateur, et diverses drogues…
  • Chariot de drainage thoracique et de voies veineuses centrales qui se compose de tout le matériel nécessaire pour effectuer ces deux actes.
  • Obus à oxygène,
  • Seringues électriques, couvertures chauffantes, appareils de transport et chariot de soins,…

Face à l’importance d’avoir des salles de déchocage toujours opérationnelles et dont
on doit être sûr de leur fiabilité, une liste des éléments a vérifier impérativement a été
conçue : C’est la CHECK LIST .

Elle s’adresse, principalement aux infirmiers qui dans notre sectorisation se
positionnent sur la prise en charge des « déchocs », en début de vacation, mais elle
est aussi utile aux aides soignants qui vérifient également le matériel avec l’IDE ;

Elle a pour intérêt :

  • dans un premier temps de permettre aux personnels nouvellement arrivés de se familiariser avec tout le matériel qui se trouve dans les déchocages, ainsi pendant le temps que nous consacrons à la formation ils peuvent sous contrôle de l’IDE responsable se familiariser avec le matériel sa localisation et son intérêt face à une situation d’urgence vitale. Cette approche est importante car elle permet une période d’apprentissage sans stress.
  • dans un deuxième temps, de permettre aux IDES qui vont prendre en charge les patients dans les déchocages, de vérifier et contrôler tout le matériel dont ils disposent pour que ce matériel soit en bon état de fonctionnement.
  • Enfin cette liste permet a tous de savoir exactement où se trouve le matériel et donc d’être plus efficace et plus rapide dans la prise en charge des patients, lors de l’urgence et ce malgré le stress que ces situations engendrent.

Voici pour exemple la check list utilisée aux urgences de Sainte Marguerite.

Check-list de contrôle par vacation des postes de "déchoquage". L’apposition d’un ’X" dans la case conclut à la présence du matériel ET de son bon fonctionnement


[1Recommandations de la SFAR sur la gestion et l’utilisation des salles d’urgences vitales, 2002